416NEW37JVL

François Cheng, membre de l’Académie française, dans un ouvrage "Cinq méditations sur la beauté", Albin Michel, 2006, s’interroge sur le thème de la beauté puisant aux sources de la langue et de la culture chinoise, et de la culture occidentale. Ce livre est avant tout une histoire de rencontres, d’abord avec ses amis, artistes, scientifiques, philosophes, psychanalystes, écrivains, connaisseurs ou non de l’Orient qu’il a sollicités pour échanger avec lui sur le thème de l’existence de la beauté, au cours de cinq soirées. Ensuite est venu le temps de l’écriture, fruit de cette histoire singulière où l’homme, François Cheng se donne tout entier avec humilité.

Au coeur de l’ouvrage, l’évolution de la beauté comme expérience, est ici mise en perspective avec une autre réalité, celle du "mal" qui fait face. Que signifie l’existence de la beauté pour notre propre existence ? Qu’est-ce qui rend possible la beauté ? Qu’est-ce que la vraie beauté ? François Cheng nous parle de la "beauté-bonté" rappelant que chaque être humain est unique, nous livrant aussi la jolie formule "d’unicité d’instant" Chacun peut faire l’expérience de la beauté. Pour lui, la beauté est toujours un advenir. Dans l’amour comme dans la beauté, tout vrai regard est un regard croisé. La beauté attire la beauté. Au fil des pages sont convoqués avec finesse les grands noms de la pensée chinoise, de la philosophie française, allemande, de la poésie, de la musique et de la peinture : Paul Claudel, Bergson, Kant, Confucius, Laozi, Beethoven, Léonard de Vinci ou Cézanne, pour ne citer que quelques noms.